Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Un été en noir (3)

Un petit mois pour refaire le tour du monde. Avec des romans plus ou moins noirs. Premières étapes en Bulgarie et au Brésil.

 

index.jpg

 

Le prix Nobel, Elena Alexieva, Bulgarie

Lors de son séjour à Sofia, un Prix Nobel de littérature est enlevé. Branle-bas de combat dans la police bulgare. Enfin, c'est une façon de parler car l'enquête va être tortueuse, menée par une enquêtrice qui doute de ses capacités. Le roman d'Elena Alexieva est assez étrange, guère porté sur le suspense et un peu plus sur la critique des institutions de son pays et d'un système aux ratés innombrables. Mais ce n'est rien à côté de l'héroïne du livre, policière solitaire, dont le seul ami est l'iguane qu'elle héberge chez elle. C'est peu de dire que le roman est laborieux, rempli de digressions plus ou moins passionnantes où l'auteure se livre à un pilonnage en règle d'une Bulgarie triste comme la mort. De cette littérature languissante, il faut accepter le rythme et les atermoiements et ne pas s'impatienter. Plus que de roman noir, c'est de grisaille permanente qu'il serait bon d'évoquer.

 

41l8aJjo04L._SX210_.jpg

 

Bellini et le démon, Tony Bellotto, Brésil

Star du rock au Brésil, Tony Bellotto écrit également des polars où il met en scène un détective privé répondant au nom chantant de Remo Bellini. Des aventures méconnues en France et pour cause puisqu'un seul de ses livres a été traduit sous le titre de Bellini et le démon, chez Actes Sud. Entre Sao Paulo et Rio, l'auteur nous entraîne dans deux enquêtes distinctes dont le lien est bien ténu : à la recherche d'un inédit de Dashiell Hammmett et dans la résolution du meurtre d'une lycéenne. L'écriture est enlevée et la narration nonchalante aux basques d'un détective pas immédiatement sympathique, obsédé sexuel à ses heures et un peu pataud dans ses déductions. Rien de transcendant dans ce roman tranquille mais une lecture agréable qui vaut davantage pour son ironie et son humour que par un suspense insoutenable. C'est en tous cas loin de valoir les romans noirs de son compatriote Luiz Alfredo Garcia-Roza (L'étrange cas du Dr Nesse).



14/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres